Le nombre de traductions à partir de la langue

 


Nous utilisons ici les données de l'Index Translationium[17] que l’on trouve sur le site de l'UNESCO. L'index publie le nombre de traductions effectuées par langue depuis 1979. Les données peuvent être analysées par pays dans lequel la traduction a eu lieu, par année durant laquelle elle a eu lieu et par sujet. Les traductions sont classées en neuf catégories : généralités et bibliographie ; philosophie et psychologie; religion et théologie;  droit, sciences sociales et éducation; sciences exactes et naturelles; sciences appliquées;  arts, jeux et sports; littérature et enfin histoire, géographie et biographie. Le site n'utilise pas systématiquement les codes ISO 693-3 mais avec le nom de la langue indique en code qui s'en rapproche assez pour que l'utilisateur n'ait le plus souvent pas de problème dans l'identification de la langue concernée. Nous rencontrons cependant parfois des cas ambigus, comme l'attribution d'une traduction à une variété dialectale non décrite par Ethnologue. Par exemple l'index Translationium indique comme source de traduction "dialectes de l'Ijo du Sud-Est", dont le code pour l'index (IJS-DI) n'existe pas dans la norme ISO 693-3. Le code ISO [ijs] correspondant effectivement à l'ijo du Sud-Est nous affectons les traductions des dialectes à l'ijo du sud-est. Parfois Translationium indique une langue alors qu'il en existe deux variétés ou plus reconnues par Ethnologue. C'est le cas de cas de l'albanais, de l'azéri, du panjabi. Nous nous faisons alors le choix en fonction des critères suivants : le pays dans lequel les traductions sont faites donnent une indication, le rapport du nombre de locuteurs entre les variétés est important, une des variétés est langue officielle dans un pays et non les autres. Ainsi les données relatives à l'albanais sont affectées à l'albanais tosk [als], celles relatives à l'azéri à la variété septentrionale [azl], et celles du panjabi au panjabi occidental [pnb]. Il existe d'autres exemples de cette situation.

Un autre problème est posé par les langues qui pour des raisons politiques n'existent plus. Si le hindi et le ourdou ont divergé avant le début de la compilation translationium, il n'en est pas de même pour le serbocroate aujourd'hui éclaté entre serbe [srp], croate [hrv] et bosniaque [bos]. Nous avons attribué les données du serbocroate, qui n'existe donc plus, aux trois autres langues au prorata de leur nombre de traductions respectives compilées depuis la "création" des langues issues du serbo-croate. Fort heureusement il n'existe pas encore de monténégrin.

L'arabe constitue un autre problème. L'index rapportait, au 23 juin 2011, 11257 traductions à partir de l'arabe (ARA). En outre 2 traductions étaient reportées à partir de l'arabe marocain (ARY) et 5 à partir de l'arabe tchadien SHU ces dernières ayant été introduites très récemment. Dans la nomenclature ISO, le code [ara] est celui d'un macrolangage regroupant toutes les variétés. D'autre part [arb], [ary] et [shu] sont bien les codes de l'arabe standard, l'arabe marocain et l'arabe tchadien (arabe shuwa). Il semble surprenant qu'aucune traduction n'apparaisse dans les autres variétés d'arabe et ceci d'autant plus que la part des traductions classées dans la rubrique religion si elle est importante ne constitue pas une majorité des 11257 traductions, le tableau 6 ci-dessous précise la situation.

Le problème réside probablement dans la collecte des données. Le site fait état d'un certain nombre de partenariats, bibliothèques nationales, instituts, universités et experts mais il semble que la collecte des données se fasse sur une base déclarative ce qui autoriserait retards, déclarations approximatives, incomplètes ou absentes. Nous avons respectivement affecté ce que Translationium décrit comme ARA, ARY et SHU aux langues codées [arb], [ary] et [shu].

 

 

Arabe

 

Standard

Marocain

Tchadien

Sujet

[arb]

[ary]

[shu]

Sans indication.

2

0

0

Arts, Jeux, Sport

85

0

0

Sciences exactes et naturelles

64

0

0

Droit, Sciences sociales, +ducation

1015

0

0

Généralités, Bibliographie ...

28

0

0

Histoire, Géographie, Biographie

651

0

0

Littérature

4542

2

5

Philosophie, Psychologie

303

0

0

Religion, Théologie

4387

0

0

Sciences appliquées

18

0

0

 

Tableau 2 : Traductions à partir de l'arabe

 

Le nombre de traductions à partir de la langue, 10.0 out of 10 based on 1 rating

Les termes les plus utilisés

Geek (30,34)
réseaux sociaux (28,32)
communication (25,29)
couchsurfing (24,28)
thriller (23,27)
binge drinking (20,24)
Happy Hour (20,24)
noob (20,24)
réseaux sociaux (20,24)
Feedback (19,23)
garden party (17,21)
peanuts (17,21)
blogueur (16,20)
liker (15,19)
page turner (15,19)
root (15,19)
eReader (14,18)
sibling (14,18)
User centric (13,17)
veganism (13,17)
crowdsourcing (12,16)
Drive (12,16)
Unmanned Aerial Vehicle (12,16)
User generated content (12,16)
as soon as possible (ASAP) (11,15)
COWORKING (11,15)
challenging (10,14)
Community Manager (10,14)
désimlocker (10,14)
greenwashing (10,14)
Leveling (10,14)
Mug (10,14)
Networking (10,14)
open source (10,14)
upcycling (10,14)
cent (9,13)
edit (9,13)
fashionitas (9,13)
FLASHCODE (9,13)
framework (9,13)
mook (9,13)
développement durable (9,13)
back office (8,12)
box office (8,12)
freak (8,12)

WP-Cumulus nécessite Flash Player 9 ou supérieur.

Suggérez vos termes

Saisissez dans le champ ci-dessous le terme étranger que vous souhaitez proposer à la communauté

Poids des langues

Lorsque l'on s'interroge sur l'importance relative des langues, le critère du nombre de locuteurs est toujours le premier à apparaître : quelle est la langue la plus parlée au monde ? Combien de gens parlent cette langue ? etc.
Mais cette approche pose un double problème 
D'une part, le décompte des locuteurs n'est pas une science exacte et les différentes sources disponibles donnent des chiffres différents et ne parviennent pas toujours aux mêmes classements.
Par ailleurs, d'autres facteurs jouent un rôle dans la détermination du "poids" des langues.

Ce baromètre repose sur onze facteurs pour le moment et il est amené à évoluer par l'incorporation de nouveaux facteurs.