Index de développement humain

 

Nous utilisons ici les données que l'on trouve sur le site du Programme des Nations Unis pour le Développement (PNUD) qui publie annuellement un rapport sur l'état de développement des divers pays du monde[29]. Nous utilisons l'édition la plus récente de ce rapport, mise en ligne au printemps 2011. Les données relatives à l'IDH y figurent dans le tableau I des pages 167 et suivantes. L'IDH est un indice composite prenant en compte le produit national brut par individu, l'espérance de vie à la naissance et le niveau d'éducation. Il quantifie le niveau de développement d'un pays. Il est probable que dans de nombreux pays l'indice de développement humain ne soit pas le même pour toutes les régions, pour toutes les ethnies y vivant et donc pour toutes les langues que ces ethnies utilisent. Mais nous disposons pas de données plus précises et faisons l'hypothèse que l'indice est constant dans tout le pays, quelque puisse être l'hétérogénéité de celui ci.  Pour affecter une valeur à chaque langue, nous faisons une moyenne pondérée de l'indice dans chacun des pays dans lesquels la langue est parlée. Par exemple, le somali est parlé en Somalie (65% des locuteurs), en Ethiopie (30%), au Kenya (3%) et à Djibouti (2%). L'indice de développement humain du somali sera donc calculé comme suit :

IDHsomali = 0,65 * IDHSomalie + 0,30 * IDHEthiopie + 0,03 * IDHKenya + 0,02 * IDHDjibouti

 

Signalons que les données utilisées ici ne sont pas les mêmes que celles utilisées dans nos travaux précédents. En effet pour l'édition 2010 de ses données, le PNUD a redéfini et amélioré sa méthode de calcul. Dans les éditions annuelles précédentes les résultats se dispersaient entre 0.968 pour la Norvège et 0.336 pour la Sierra Leone. Avec le nouveau mode de calcul ils s'échelonnent entre 0.938 pour la Norvège et 0.140 pour le Zimbabwe, et tous les résultats sont inférieurs à ce qu'ils étaient précédemment. Le site de l'UNDP ne fournit de données que pour les pays affiliés à l'ONU et pour lesquels un indice a été effectivement calculé, ce qui exclut notamment les pays non membres de l'ONU et les pays en guerre. Dans ce cas nous affectons au pays non documenté un indice estimé que nous décidons par analogie avec les pays voisins et/ou comparables. Ainsi, pour la Somalie, pays en guerre depuis plusieurs années et dont les structures étatiques sont défaillantes nous avons affecté une valeur égale à celle du Zimbabwé qui est publié par le PNUD, soit 0,140.  

 

Index de développement humain, 10.0 out of 10 based on 1 rating

Les termes les plus utilisés

Geek (30,34)
réseaux sociaux (28,32)
communication (25,29)
couchsurfing (24,28)
thriller (23,27)
binge drinking (20,24)
Happy Hour (20,24)
noob (20,24)
réseaux sociaux (20,24)
Feedback (19,23)
garden party (17,21)
peanuts (17,21)
blogueur (16,20)
liker (15,19)
page turner (15,19)
root (15,19)
eReader (14,18)
sibling (14,18)
User centric (13,17)
veganism (13,17)
crowdsourcing (12,16)
Drive (12,16)
Unmanned Aerial Vehicle (12,16)
User generated content (12,16)
as soon as possible (ASAP) (11,15)
COWORKING (11,15)
challenging (10,14)
Community Manager (10,14)
désimlocker (10,14)
greenwashing (10,14)
Leveling (10,14)
Mug (10,14)
Networking (10,14)
open source (10,14)
upcycling (10,14)
cent (9,13)
edit (9,13)
fashionitas (9,13)
FLASHCODE (9,13)
framework (9,13)
mook (9,13)
développement durable (9,13)
back office (8,12)
box office (8,12)
freak (8,12)

WP-Cumulus nécessite Flash Player 9 ou supérieur.

Suggérez vos termes

Saisissez dans le champ ci-dessous le terme étranger que vous souhaitez proposer à la communauté

Poids des langues

Lorsque l'on s'interroge sur l'importance relative des langues, le critère du nombre de locuteurs est toujours le premier à apparaître : quelle est la langue la plus parlée au monde ? Combien de gens parlent cette langue ? etc.
Mais cette approche pose un double problème 
D'une part, le décompte des locuteurs n'est pas une science exacte et les différentes sources disponibles donnent des chiffres différents et ne parviennent pas toujours aux mêmes classements.
Par ailleurs, d'autres facteurs jouent un rôle dans la détermination du "poids" des langues.

Ce baromètre repose sur onze facteurs pour le moment et il est amené à évoluer par l'incorporation de nouveaux facteurs.